Accueil » Bibliothèque » How to be British (M.Ford & P.Legon)

How to be British (M.Ford & P.Legon)

how to be BritishHow to be British caricature le mode de vie britannique et ceux des touristes.  Plusieurs situations sont tournées en dérision : apprentissage de la langue, gastronomie, immersion, visite, restaurant ou encore l’art de faire la queue…

How to be British ou comment être britannique, est un livre en format carte postale, de Martyn Ford et Peter Legon, publié en 2003. Il comprend une trentaine de dessins et fait partie d’une collection.  J’avais dû l’acheter en Angleterre, il y a 10 ans, lors d’un séjour linguistique. Pour l’instant, je possède le premier tome que j’ai récemment relu en fouillant dans mes magazines.

how-to-be-british-La représentation des Britanniques

Les Britanniques sont caricaturés comme des personnes attachées à leur langue anglaise  (et le gaélique alors?), excentriques et peu vêtues mais en même temps traditionnelles, alcooliques et sales. C’est assez varié et porté sur l’auto dérision.  Le texte qui accompagne cette première illustration nous explique avec humour ce qu’offre la Grande-Bretagne : une longue et glorieuse histoire, de magnifiques paysages ou encore la variété de la météo.

Les traditions gastronomiques et festives sont évoquées à travers la consommation traditionnelle de thé, le fish and chips, les fameux pubs et la place importante de la pomme de terre…

how to be british - weatherL’apprentissage de l’anglais : thème central

Sur la trentaine de dessins, la moitié traite de l’apprentissage de l’anglais ou des erreurs liées à sa pratique. Ils mettent en avant le désir d’apprendre cette langue à travers l’immersion et les difficultés rencontrées par les non-natifs. Parmi les obstacles, on peut citer l’oubli des formes de politesse telles que « please », la complexe prononciation du « th », la compréhension relative des blagues et expressions imagées, les mots doux adressés à des inconnus… Il faut bien l’avouer, la prononciation n’est pas évidente et il faut peser ses mots.

Les auteurs évaluent avec humour le niveau d’anglais d’une façon étonnante. Plus un touriste décrit avec précision la météo et plus son niveau est excellent. La météo : un joli sujet de discussion et une valeur sûre.

how to be bristishComment le touriste est représenté ?

Les dessins représentent le touriste comme un personnage dépensier malgré lui lors de ses visites culturelles et matérialiste surchargé de valises à son retour. Il est vrai que certaines visites peuvent vite revenir cher ! Le touriste se transforme en danger ambulant lorsqu’il essaye de conduire à gauche ou encore en esclave en immersion dans une famille.

Moralité : on est tous plus ou moins confrontés aux mêmes situations (sans les excès évoqués bien sûr). Match nul et plutôt juste, après l’auto dérision, les touristes sont aussi moqués. Chacun son tour 😉

Mon avis :

Les dessins sont sciemment caricaturaux et porteurs de clichés par la généralisation et l’excès, c’est de là que vient l’humour. La lecture est plaisante mais il ne faut rien prendre au sérieux. Le livre n’a pas véritablement de vocation pédagogique ou culturelle. Certes, il nous apprend quelques expressions typiques. Ce qui est dommage, c’est que ce premier tome ne cherche pas à présenter la diversité des habitants de la Grande-Bretagne ou du Royaume-Uni.  On a l’impression que seuls les Anglais sont concernés. Contrairement aux références sur les pubs anglais et Londres, il n’est pas mention des Ecossais, Gallois ou encore Irlandais. Bon allez, il y a une petite évocation d’une serviette à thé avec l’effigie de Nessie, que le touriste pourrait ramener de voyage.

On peut se demander à quoi sert ce livre puisqu’il ne nous apprend rien de bien concret appuyé par des statistiques et données historiques ? Il s’agit d’un divertissement, une pause bien amusante qui nous raconte une histoire. Il permet à chacun de lire en anglais (c’est déjà ça) et de se reconnaître (ou pas) à un moment donné de l’aventure en esquissant un sourire.

Illustrations © The How to be British Collection, Martyn Ford et Peter Legon, 2003

2 plusieurs commentaires

  1. Il m’a bien fait rire ce petit livre, je l’ai offert à une amie amoureuse de ….Londres. C’est vrai que pour le coup c’est plutôt l’anglais dont il est question. Mais je pense sérieusement me l’acheter aussi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :