Accueil » Histoire » Irlande mystique, compte-rendu (France 5)

Irlande mystique, compte-rendu (France 5)

Irlande Mystique est le nom de l’émission diffusée sur France 5 en avril et mai. Réalisé par Stephen Rooke, le reportage fait un parallèle entre les croyances des habitants et les mouvements astraux. Les comètes, à l’origine du Dieu Lugh et de la christianisation de l’île ? 

Irlande mystique, tara

Pendant ce reportage de 50 minutes diffusé sur France 5, des astrologues, archéologues, scientifiques et des historiens irlandais et américains expliquent les concordances entre le culte des Irlandais et les perturbations astrales. En voici le compte-rendu des points principaux.

De la terre au ciel

Au début de  l’émission, il est expliqué qu’il y a 5000 ans, les hommes tirent principalement leurs ressources de la terre considérée alors comme une entité divine. C’est la terre mère. A cette période, ils croient que les dieux vivent sur terre.

Avec le passage de comètes et météores qui laissent par la suite des débris, les habitants commencent à s’intéresser à ce qu’il se passe dans le ciel.  D’après Patrick McCafferty, chercheur irlandais en études Celtiques, les comètes, qui sont très lumineuses, peuvent susciter la peur. C’est ce qui va entraîner, vers 3 000 ans avant J-C, la construction de sites  « associant un intérêt entre la terre et le ciel »  tels que la grande tombe à couloir de Newgrange, les structures en cercles de pierre inspirées du système solaire et les rituels en plein air.

Irlande mystique

Newgrange – MllePeterson – cc

NewGrange au nord de Dublin est le plus grand site d’Irlande avec un couloir 19 mètres qui se termine sur une chambre profonde abritant les défunts. NewGrange permettait  au soleil d’y pénétrer lors du solstice d’hiver. Ce qui prouve que les habitants, ne croyaient pas seulement à la terre mais au ciel et à la puissance du soleil. 

Sam Moore, archéologue irlandais, précise que les tombes à couloir (comme les tombes de Carrowkeel) leur servent à vénérer les ancêtres.

Lugh, le dieu au long bras : un dieu inspiré d’une comète

Lugh Lamfada au long bras est une divinité solaire qui porte une lance envoyant des éclairs.

Jenny Butler, du département d’études Folkloriques de Cork présente le personnage en précisant l’origine de son nom. Lugh signifie lumière en ancien irlandais. Il s’agit d’un Guerrier héroïque qui combat un roi Tyranique ou d’une comète selon les récits.Il serait le dieu de la lumière décrit dans certaines légendes avec une seule jambe, un bras et un oeil.  Patrick McCafferty ajoute que la queue de la comète formerait le bras de Lugh.

Il y a 4000 ans, au début de l’âge du bronze, des débris de comète ont atteint la terre, c’est de là qu’est née la légende de Lugh.

La christianisation de l’Irlande : St Patrick vs Les astres

St Patrick (385-17 mars 461) est communément considéré comme l’évangélisateur de l’Irlande tout entière ayant illustré le concept de la trinité avec le trèfle. L’émission met en évidence un autre moteur (indirect) de reconversion : les débris d’une comète.

L’apport de Saint Patrick à l’échelle nationale est remis en question. Patrick McCafferty, chercheur et Maire Johnson, professeure d’histoire aux Etats-Unis, nous donnent plusieurs raisons :

  • D’autres missionnaires prêchaient à la même époque
  • Patrick n’a pas parcouru toute l’Irlande, principalement le nord
  • Il aurait converti 12 000 chrétiens (selon les Annales d’Ulster)
  • Un siècle après sa mort, le paganisme perdurait
Irlande mystique, St Patrick

St Patrick, Wax museum, Dublin © Escapades Celtiques

D’autres spécialistes complètent cette liste en ajoutant que des événements malheureux auraient incité les Irlandais à se convertir : les conséquences des astres. Un immense nuage de poussière serait indirectement responsable de la reconversion des habitants.

David Brown, dendochronologue de Belfast est spécialiste de l’étude de la croissance des arbres. Il explique que vers 540, les anneaux  des arbres étaient extrêmement fins en raison d’un manque de soleil, d’eau et de nutriment.

La scientifique américaine Dallas Abbott ajoute que les glaces au Groenland étaient couvertes de poussière entre 533 et 540. Elle met en cause  la comète de Halley  dont une partie aurait touché la terre en 530.

Les conséquences du nuage de poussière sont dramatiques : il entraîne un manque de soleil certain puis la famine en raison des mauvaises récoltes et facilite la progression de la peste de justinien qui décime 1/3 de l’Europe.

Les scientifiques pensent que la population avait besoin de croire en quelque chose de nouveau en raison de tous ces bouleversements, signes de fin du monde.

Saint Patrick : Une adaptation de lugh ?

L’émission s’achève avec la montagne de Croagh patrick, lieu actuel de pèlerinage chrétien. Jenny Butler, du département d’études Folkloriques de Cork précise que la Montagne était considérée comme sacrée dans l’antiquité avant même St Patrick. Ce dernier y aurait jeûné et fait pénitence pendant 40 jours.  « Il pourrait s’agir d’une adaptation de l’ancien mythe de lugh, la lutte pourrait être interprétée comme le christianisme combattant le paganisme ».

En résumé, une émission passionnante qui fait appel à des spécialistes aux disciplines diverses et complémentaires.

4 plusieurs commentaires

  1. Très intéressant ! En lisant cet article j’ai pensé à la trilogie d’Henri Loevenbruck, la Moïra, qui a pour cadre l’Irlande de ces années là. C’est vraiment bien écrit et l’histoire est captivante ! Mais peut-être connais-tu déjà ! 😉

  2. Cette thèse est tout à fait crédible (mythes, astronomie, architecture, histoire…).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :