Accueil » Infos utiles » Devenir fille au Pair en Irlande et en Ecosse : 3 pistes

Devenir fille au Pair en Irlande et en Ecosse : 3 pistes

Devenir Au Pair en Irlande et en Ecosse est un excellent moyen d’améliorer son anglais et de découvrir la culture celtique. Agrémentées de conseils, je vous propose trois méthodes permettant de partir au pair, à vous de choisir celle qui vous correspond le plus.

 Devenir au Pair en Irlande et en Ecosse Devenir au pair en Irlande en Ecosse ou au Royaume-Uni vous vient à l’esprit ?  En ce moment, les familles sont peut-être toujours à la recherche de leur futur(e) au pair.

Mais qu’est-ce qu’être au pair au juste ? Il s’agit d’une jeune fille ou jeune homme âgé(e) de 17 à 30 ans partant à l’étranger dans le but d’améliorer une seconde langue et sa connaissance du pays tout en gardant des enfants. Il/elle est obligatoirement nourri(e), logé(e) et reçoit de l’argent de poche hebdomadaire (entre 80 et 100 euros). Les départs ont lieu toute l’année mais le plus souvent en juin, septembre et janvier. Pour plus d’informations sur ses droits et devoirs, je vous invite à consulter l’accord Européen sur le placement au pair de 1969. (Photo ci-contre, Les Simpson, © musée de cire à Dublin)

Ancienne au pair en Irlande, j’ai trouvé ma famille au bout de deux mois grâce au site AuPairWorld. Pendant près de six mois, j’ai eu la chance de vivre près de Dublin au sein d’une famille très accueillante de 3 enfants. Au menu : découvertes magnifiques et anecdotes amusantes. J’ai appris à manger au restaurant à cinq heures de l’après-midi et à dégazéifier la limonade de l’aîné au micro-ondes ! J’ai aussi découvert une culture très ouverte et amélioré mon anglais :-). Suite à mes aventures, vous trouverez des conseils pour préparer au mieux vos recherches.

Sommaire du dossier, cliquez sur les titres selon la solution qui vous convient :
      • 1- Trouver une famille par vous-même sur Internet : votre anglais tiens la route pour bavarder par mail (même avec des fautes). Vous souhaitez plus de liberté dans le choix des familles, vous pouvez les comparer et savez que vous pouvez demander conseils à un réseau d’au pair (cf. forum dans la partie « conseil »).
      • 2- S’inscrire auprès d’une agence française : vous souhaitez être rassurés et allez constituer un dossier. Moyennant finance, on vous proposera des familles. Attendez-vous à parler au téléphone avec elles. Il y aura moins de possibilités de comparer et de refuser (pas plus de 3 refus consécutifs non motivés). C’est plus la famille qui vous choisit.
      • 3- Faire appel à une agence locale en Irlande ou en Ecosse : vous souhaitez réduire les coûts, multiplier les champs d’action et être « encadrés ». Votre compréhension de l’anglais est suffisante pour correspondre avec l’agence par mail. Un dossier devra aussi être constitué. Cette solution, souvent gratuite, peut être utilisée en complément de la première.
      • 4Article supplémentaire bilan : partir avec ou sans agence. Derniers conseils avant de choisir une famille.

Pour plus de clarté, je vous invite à consulter le schéma fait-maison ci-dessous, qui peut s’appliquer à l’Europe :

Devenir au Pair en Irlande et en Ecosse

Devenir au pair : trouver une famille soi-même

Aujourd’hui, Il est assez facile de trouver une famille sur Internet car il existe plusieurs sites très bien faits qui mettent en relation famille et au pair. Il ne s’agit pas d’agences ! L’inscription, gratuite, donne accès à un large choix de profils.

Aupair World, Devenir au Pair en Irlande et en Ecosse Les plates-formes les plus connues sont : AuPair World et Great Au Pair. Payants pour les parents mais gratuits pour les futur(e)s Au Pair, ces sites contiennent un nombre important de profils de familles de tous pays. La procédure est la suivante : vous créez votre profil en vous présentant brièvement et répondant aux questions imposées. La mise en contact avec les familles diffère quelque peu : envoi d’un message automatique ou mise en favoris.

      • AuPair World  : sûrement LE SITE de référence. Lorsqu’une famille vous intéresse, vous devez envoyer un message pré-écrit pour l’avertir. Si la famille accepte, vous accédez à ses coordonnées et entamez le dialogue. A l’inverse, les familles ont par défaut (puisqu’elles payent) vos coordonnées donc peuvent vous envoyer directement un mail. Cependant en général, elles vous envoient le même message pré-écrit et c’est à vous d’accepter ou non la proposition de mise en contact.  Autant pour l’Irlande vous sélectionnez « Irlande » que pour l’Ecosse il faut sélectionner « Royaume-Uni » et faire son tri.(Photo ci-contre © Au Pair World)
      • Great Au Pair : Site qui regroupe les annonces de familles mais aussi d’au pair, de baby-sitter, Pet-sitter, gardien de maison et tuteur. Vous pouvez rentrer en contact avec une famille en la mettant dans vos favoris et si elle accepte d’en faire autant, il vous sera alors possible de lui envoyer des messages privés.

Vous pouvez avoir un aperçu en consultant les profils des familles qui sont visibles sans inscription.

Conseils sur les étapes de la recherche

  • Créer un profil
  • Premier mail
  • Discuter
  • Comparer
  • Vérifier
  • Confirmer
Lorsque vous créez un profil sur un site de mise en relation, ne soyez pas tentés d’écrire en français. Faites l’effort de rédiger votre présentation en anglais même s’il y a quelques fautes et accompagnez-la de photos sympathiques : vous seul(e), vous et vos amis ou la famille… Pourquoi pas quelques réalisations culinaires ou artistiques personnelles ?

Décrivez vos expériences de garde d’enfants (âges et missions), vos loisirs et indiquez (si c’est le cas) que vous avez des références.

N’utilisez pas de photos d’enfants sans autorisation ou que vous ne connaissez pas !

La famille accepte de correspondre avec vous ? Super !

Il s’agit d’un recrutement. Qui dit recrutement, dit concurrence (cette concurrence existe aussi quand vous passez par agence). Posez progressivement vos questions au fur et à mesure des messages et éviter d’assaillir la famille avec un premier mail-questionnaire. Les familles sont beaucoup sollicitées par d’autres au pair.

Vous pouvez commencer la conversation par mail en vous renseignant sur la famille, les missions quotidiennes et les hobbies des enfants. Mieux vaut ne pas poser plus de 3-4 questions d’un coup sinon elle risque de se sentir oppressée.

Il est primordial d’avoir un échange vocal/visuel avec les parents et les enfants. C’est un moyen d’en savoir plus et aussi de vérifier.

Par téléphone, vous pouvez demander ensuite plus de détails sur vos missions : volume horaire du baby-sitting, jours de congés, tâches ménagères exactes (qui doivent être en rapport avec les enfants : la cuisine, leur chambre, leur vêtement, leur salle de jeux..).

Et enfin les aspects pratiques indispensables : Wifi, transport de proximité, lieu de l’école de langue, vacances possibles, les éventuelles au pair voisines qui pourront être vos alliées sur place.

Vous n’êtes pas seul(e)s dans vos recherches.

Si vous avez besoin d’un avis, je vous recommande de trouver des conseils et des réponses à vos questions sur le forum créé par une jeune fille au pair multirécidiviste. Fort de 3600 membres, il est animé avec dynamisme par des administrateurs chevronnés.

Bonne nouvelle, dans ce forum, il n’est pas rare qu’un(e) au pair actuel(le) y cherche un remplaçant…

Lorsque vous en savez suffisamment sur une famille : n’hésitez pas à demander à parler/échanger par mail avec leur ancienne au pair.

Le fait de dialoguer sur Skype surtout avec la webcam est déjà une étape rassurante.

Eventuellement, vous pouvez aussi envoyer une lettre à la famille (accompagnée d’un dessin pour les enfants) ou renvoyer le contrat moral signé, afin de vérifier l’adresse postale.

Quand votre choix est fait, je vous conseille FORTEMENT de demander à la famille un contrat moral qui récapitule le cadre de vie, les coordonnées, le planning et les tâches exactes que vous aurez à accomplir (baby-sitting + ménage léger).

Pourquoi absolument un contrat ? Même s’il n’a qu’une valeur morale, il a pour but de clarifier vos missions et de tester le caractère sérieux de la famille. Une famille sérieuse ne refusera jamais de vous le rédiger (taper) même si elle doit un peu se répéter.

Bonne expérience !

Au risque de me répéter, le Bouche à oreilles est très utile, n’hésitez pas à parler à des anciennes au pair ou au pair actuelle sur des forums spécialisés.

Aidez-vous des expériences d’anciennes au pair en Irlande ou en Europe :

Extrait de l’interview de Coralie publié sur le blog, 23 ans, ancienne Au Pair en Irlande

coralieC’est grâce au site aupairworld.com que j’ai trouvé la famille. J’ai été attirée par leur profil où l’âge et le nombre d’enfants étaient en accord avec ce que je voulais. Je vous conseille d’essayer d’avoir le plus de renseignements sur le modèle éducatif. Il peut être un indice de l’ambiance familiale globale. Interview de Coralie.

Avertissement

Ne répondez seulement aux annonces qui vous ont été envoyées via les sites sur lesquels vous avez vos profils. Il existe toujours des personnes mal intentionnées qui peuvent vous contacter via Facebook grâce à vos noms et prénoms.

Si vous disséminez vos annonces un peu partout sur le web, il existera certainement quelques fausses propositions envoyées en DEHORS DES SITES (Mail, Facebook, Twitter), des arnaques grossières facilement repérables. Si une pseudo-famille américaine vous propose une importante somme d’argent (par semaine + par mois), qu’une autre famille semble pressée ou que l’on vous demande d’avancer des frais, c’est sûrement une arnaque. En cas de doute, n’hésitez pas à sonder d’autres au pair sur le forum.

Pour les Etats-Unis, ne partez jamais sans agence !

Un détail important : concernant l’assurance, restez sur celle de vos parents en choisissant l’option spécifique à l’étranger. Vous aurez également besoin de votre carte européenne d’assurance maladie, mise à jour bien sûr.

Haut de page

 S’inscrire auprès d’une agence française

Confier les démarches à une agence est rassurant lors d’une première expérience et si le niveau de langue fait obstacle à une prospection sur Internet. Grâce à son réseau de partenaires à l’étranger (les autres agences au pair à l’étranger), une agence française permet à un jeune de trouver une famille à l’étranger. Elle aide une famille d’accueil française à trouver son au pair de nationalité différente. Une agence sérieuse est membre de l’UFAP (Union Française des Agences Au Pair).

A savoir avant l’inscription

Il existe plusieurs agences en France qui vous placent, apportent leurs conseils et vous mettent en relation avec d’autres au pair. Avant tout engagement, je vous recommande de bien lire les conditions particulières ou l’Accord de chaque agence. Cette lecture vous permettra de vous familiariser avec le statut d’Au Pair et de connaître leur politique concernant l’inscription, l’annulation, le replacement…

Notez qu’il est plus important de trouver une famille sympathique que de vouloir vivre à tout prix dans une capitale. Cependant, si vous y tenez vraiment, n’hésitez pas à demander à l’agence dans quelles grandes villes sont domiciliées les familles proposées. Certaines agences ont un périmètre large, d’autres ne proposent que deux villes.

Il est préférable de suivre des cours d’anglais pendant son séjour, c’est à vous de choisir le lieu. Attention, le choix de l’école (et donc le coût) est parfois imposé. Je vous conseille de demander s’il est obligatoire de devoir s’inscrire dans une école en choisissant une ville ou une famille en particulier. Certaines agences partenaires en Irlande (surtout à Dublin) et UK font aussi office d’écoles de langue et peuvent-vous obliger à prendre des cours pendant toute la durée de votre séjour. Dans ce cas où l’école est imposée, il n’est malheureusement pas possible de diminuer le rythme des cours : en bref, si vous arrêtez les cours, vous arrêtez d’être au pair.

L’inscription

  • Le dossier
  • Vos critères
  • Le choix
  • La mise en relation
  • Des partenariats
  • Le replacement
Le tarif varie entre 200 et 300 euros (frais d’inscription + placement). Un dossier d’inscription ou de candidature est obligatoirement à constituer : une lettre de motivation en anglais, deux références de garde d’enfants, un photomontage de vous et de votre famille, un certificat médical récent, l’extrait de casier judiciaire, une photocopie de la carte d’identité.

Eventuellement, il vous sera demandé de joindre une vidéo de présentation, une référence de moralité et un test d’anglais.

Je vous conseille de remplir consciencieusement votre dossier d’inscription et de ne pas changer d’avis en augmentant vos exigences après coup.

C’est votre droit d’être exigent dès le départ et de ne pas vouloir garder de nourrissons par exemple (sont pas très bavards). Certaines agences se donnent le droit d’annuler les démarches si vous refusez trois fois de suite une proposition de famille pour des motifs jugés «non motivés».

Il faut savoir que la famille d’accueil remplit elle aussi un dossier qu’elle envoie à sa propre agence locale mais ses frais d’inscription sont bien supérieurs à ceux de l’Au Pair.

Elle possède l’avantage du choix et c’est lorsqu’elle a flashé sur votre dossier que vous êtes contacté.

Lorsqu’une famille est intéressée par votre profil, l’agence vous transmet son dossier, ce qui vous permettra d’avoir accès à des informations importantes : planning, tâches à effectuer, loisirs des enfants, profession des parents… Si elle vous plaît, vous aurez un entretien téléphonique avec elle et si, par la suite, vous lui plaisez toujours, vous aurez à signer un «contrat moral » ou une simple lettre d’invitation pour confirmer le placement.

L’agence vous propose souvent une famille l’une après l’autre, difficile de comparer si vous acceptez dès la première proposition.

Vous l’avez compris grâce au schéma, l’agence française communique les dossiers de familles provenant des agences partenaires sur place en Irlande ou ailleurs. Ce n’est pas elle qui valide à la base les dossiers des familles, c’est l’autre agence qui le fait selon ses critères.

L’Agence française n’a jamais rencontré les familles contrairement à son partenaire sur place qui a plus de chances de les avoir vus et/ou d’avoir engagé des discussions téléphoniques. C’est la même chose pour vous cher(e) Au Pair, l’agence partenaire ne vous a jamais vu(e).

Point important à évoquer : l’agence se charge du replacement en cas de mésentente avec la famille. Ce dernier fait l’objet d’une période de préavis (2 semaines) et est soumis à des conditions variables selon l’organisme (lisez bien leur règlement).

Le replacement, parfois limité à un seul maximum, n’est pas toujours garanti selon la durée du séjour restant, le choix d’une ville ou d’un profil précis de famille et peut nécessiter un retour en France.

Mon expérience

Avant de m’en séparer, j’ai essayé une agence de placement française pour qui j’ai constitué un dossier afin de devenir au pair en Irlande (et pas ailleurs). L’agence a été assez professionnelle et disponible même si elle me proposait un peu de tout et du n’importe quoi. La première famille irlandaise qu’elle m’a présentée  (la seule qui m’aura plus sur toutes les propositions) aurait pu être la bonne si elle n’avait préféré la candidature d’une au pair déjà sur place.  Dans l’ensemble, il faut être cohérent avec vous-même et vos choix (qui dépendent de la personnalité) :

      • L’Irlande n’est pas l’Angleterre : deux mois après l’inscription, l’agence m’appelle pour me présenter des familles anglaises, faute de familles irlandaises. Elle avait dû donner mon dossier à des agences anglaises (sans mon autorisation) car quand on nous appelle c’est que la famille a D’ABORD consulté notre dossier. Euh dossier = flyer ?
      • Garder des enfants et non faire du ménage : l’agence m’avait proposé une famille irlandaise qui, d’après le planning, imposait 15 heures de ménage par semaine (sur un total de 30h)  : trois heures tous les matins…
      • Parler anglais et non faire du shopping : une autre famille proposée vivait à coté d’un grand centre commercial à Dublin. J’aurais eu mes journées de libre car les jeunes enfants allaient à la crèche. Je devais m’en occuper le matin tôt pendant une heure et le soir jusqu’à 20h30/21h et le samedi matin. Puis j’aurais eu à dîner seule de mon côté car les parents rentraient tard et avaient déjà mangé.  Une famille fantôme quoi…  Je parle anglais avec qui moi ? L’agence a mis en avant les journées libres et le shopping…

J’ai refusé ces familles car elles n’étaient pas en accord avec mes choix et ma personnalité mais elles auraient probablement pu satisfaire d’autres au pair. D’autres familles ont été proposées mais je me suis rendue compte que l’âge des enfants ne correspondaient pas. Un  ou deux enfants de deux ans ne vont pas vous aider à communiquer. Je voulais une aventure humaine qui me fasse parler anglais. Aussi, vous comprenez pourquoi j’ai préféré avoir plus de choix et chercher ma famille moi-même. Attention, il n’existe pas de famille idéale bien sûr mais ne perdez pas non plus vos objectifs de tête.

Les propositions de familles des agences dépendent aussi du facteur économique, du facteur chance et demandent une certaine souplesse. Il existe des familles atypiques*  à la fois sur le net et en agences. Certaines agences vous demanderont même si vous acceptez de faire plus de ménage que de garde d’enfants. Ca peut sembler scandaleux…   *Par atypiques, j’entends des familles qui s’écartent un peu de l’objectif de base de l’au pair. Ces objectifs sont : garder des enfants avant tout (dont léger ménage lié aux enfants), parler anglais quotidiennement et s’intégrer à la vie de famille et non faire faire des tâches ménagères la moitié du temps.  A l’ inverse, il existe aussi des au pair qui préfèrent réaliser autant voire plus de ménage que de garde d’enfants. C’est une histoire de personnalité.

Faire appel à une agence locale en Irlande ou en Ecosse

Si vous êtes à l’aise en anglais et souhaitez limiter les frais, n’hésitez pas à contacter les agences domiciliées dans votre futur pays d’accueil. Le placement est moins cher et peut être gratuit car il y a moins d’intermédiaires. Il vous sera également demandé de constituer un dossier pour devenir au pair en Irlande ou en Ecosse. Le fonctionnement est similaire à celui d’une agence française sauf que là vous vous adressez directement à votre futur correspondant local.

Je vous propose une sélection non exhaustive d’agences qui s’étoffera avec le temps  :

      • Au Pair Study Centre, Dublin, Irlande : agence et école de langue à la fois. Il s’agit d’une agence locale partenaire avec des agences de placement françaises elles-mêmes membres de l’UFAP.
      • Shamrock Au pair Agency, Carlow, Irlande : inscription gratuite ! Une agence partenaire avec des agences de placement françaises elles-mêmes membres de l’UFAP. 
      • Kidz Au Pair Agency, Cork, Irlande.
      • SK Dublin Au Pair, Wicklow, Irlande : environ 100 euros d’inscription. Agence partenaire aussi.
      • EazyCity : équipe multilingue possédant des bureaux en Irlande et en Angleterre. Placement en Irlande pour 180 euros (Cork, Dublin ou Galway) et aussi à Londres et Edimbourg (250 pounds).
      • Aupairecosse, Edimbourg : inscription gratuite.

Haut de page

Plus de renseignements :

S’il vous reste des questions ou des doutes, n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire, j’y répondrai avec plaisir 😉 .

4 plusieurs commentaires

  1. J’ai enfin pris le temps de venir visiter ton site et je dois dire que j’adore (il va falloir que je consacre du temps à lire la majorité des articles tellement tout m’intéresse haha) Pour ce qui est de partir avec une agence locale, je n’y avais jamais pensé mais ça peut-être une bonne initiative ( d’autant plus qu’il semble assez difficile de trouver une famille Ecossaise sur les sites) 🙂

    • Merci pour ton commentaire Lina. Tu souhaites aller en Irlande ou en Ecosse finalement ? La recherche de familles écossaises est un peu moins pratique par rapport à l’Irlande. En fait, les sites dédiés catégorisent l’Ecosse dans le « Royaume-Uni ». Donc c’est à toi d’effectuer un second tri parmi les familles anglaises (plus nombreuses), écossaises, galloises, irlandaises du nord qui sont mélangées… C’est une question de patience aussi 😉

  2. Bonsoir, je viens de voir ton blog et je dois dire qu’il est vraiment bien fourni !!
    Je viens de trouver une famille via le site aupair world pour partir en Irland, mais disons que une fois trouvée je sens la peur monter en moi!
    je voulais donc te poser des questions concernant ton « avant » départ.
    Sachant que je ne pars pas avec une agence, que dois je préparer concrètement? pet tu me donner quelques conseil stp ça serait vraiment sympa de ta part.
    Cordialement,
    Kenza.

    • Merci Kenza pour ton message 😉
      Tout d’abord, félicitations ! Rassure-toi, c’est une super aventure. Tu pars où et quand exactement ?
      Je vais essayer de répondre à ta question ne sachant pas où tu en es dans tes démarches. N’hésite pas à poser d’autres questions plus précises si tu veux.
      – côté administratif : mettre à jour la carte européenne d’assurance maladie, souscrire une assurance responsabilité civile pour l’étranger, partir avec 300 euros en liquide.
      – coté humain : continue à dialoguer avec la famille jusqu’à ton départ, donne-lui les coordonnées de tes parents et inversement, garde le contrat moral avec toi et n’oublie pas les petits cadeaux 😉
      – Côté langues : tu peux te préparer à l’anglais à l’aide de dvd, de révisions grammaticales (anglais facile) ou de conversation (conversation exchange.com). Je te conseillerais de commencer par regarder les écoles d’anglais en Irlande et tarifs si tu souhaites prendre des cours.
      – Côté pratique dans ta valise : adaptateur de prise, liste de phrases types en anglais, petit dico, vêtements à capuches, appareil photo, un tel avec option à l’étranger, guide sur l’Irlande, ordinateur avec Skype…
      Perso, la famille m’avait prêté un tel local que je rechargeais et je n’ai pas eu besoin d’ouvrir un compte bancaire.
      Ils viendront sûrement te chercher à l’aéroport.
      Le mieux est d’arriver un week-end bien sûr (samedi) de façon à faire connaissance avec les enfants avant de vraiment t’en occuper.

%d blogueurs aiment cette page :